Football Non classé

Javier, comme une ode à la joie

Alors que Julian Draxlaaa a éclaboussé de son talent ce pauvre Rennes / Paris-Saint-Germain (0-4), un autre parisien a mis en émoi les fans du beau football. Non il ne s’agit pas de Hatem Ben Arfa, auteur d’un match très moyen.

Nous parlons bien évidement de Javier Pastore. Entré à la 69ème minute, il effectuait en ce 1er février son grand retour de blessure ; et il n’a pas rechuté ( cette fois-ci). Contrairement à HBA, qui a une fois de plus surjoué, Pastore avait décidé de jouer simple hier soir.

Dans un match déjà plié et après 74 jours de convalescence, l’argentin a régalé à tous les niveaux ! Pour le plaisir des yeux, il a glissé un petit pont qui ravira ses plus fervents adeptes. Car oui, Javier divise les foules par son talent immense et son irrégularité chronique.

Mais parlons utile : il nous a offert tout en marchant, des déviations en une touche que l’on voit rarement au PSG en son absence. Le natif de Córdoba a également mené à bien quelques attaques éclaires grâce à sa vision du jeu et sa qualité de passe.

La facilité déconcertante avec laquelle il est entré dans ce match nous rappelle un certain PSG / Chelsea en quart de finale de LDC, qu’il débute par un extérieur du pied. Plus récemment, son entrée face à Nantes le 19 novembre dernier avait rappelé à la L1 quel formidable joueur elle possédait.

Ayant repris l’entraînement collectif il y a peu, tout laissait à croire que le magicien longiligne aurait pu être à court de souffle. Mais bien au contraire, il a paru en forme sur la pelouse du Roazhon Park.

Du haut de son mètre 88, Flaco a les défauts de ses qualités. Son physique frêle lui permet de se déplacer rapidement et d’éviter les joueurs qu’il a sur le dos.

Sa passe dé pour un Hatem solo face à un Costil lâché par sa défense est synonyme d’un QI foot supérieur à la norme.

Grosse déception lorsqu’on apprend par les commentateurs d’Eurosport qu’il remplace Julian. Les amoureux du beau football et les fans parisiens auraient aimé frissonner devant les une-deux des deux milieux offensifs.

À charge de revanche, on espère qu’Unai les alignera côte à côte à Dijon ce week-end à l’occasion de la 23ème journée de L1. Cette association prometteuse mériterait d’avoir du temps de jeu avant la réception du Barça au Parc des Princes le 14 février. Si Marco songeait à ne plus se blesser à cause d’une hygiène de vie digne de celle de Pocho , le coach parisien pourrait même envisager de mettre en place le fameux 4-2-3-1 dont il parlait en début de saison.

Autant vous dire que nous sommes excités à l’idée de voir un jour Verratti, Rabiot aka Le Duc, Javier, Draxler et Edi ensemble sur le gazon.

Paul Courant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s