Football Non classé

Le 11 des cracks de L1

Ce cru 2016/2017 de Ligue 1 s’avère plus qu’intéressant. Alors que le titre de champion était promis au Paris SG depuis quelques saisons, les équipes de Côte d’Azur viennent contester cette domination absolue.
Mais il existe une autre raison à notre enthousiasme : l’apparition et le développement de jeunes pépites. La Ligue est connue pour sortir de très bons jeunes, la France du foot pour les bousiller en les comparant à des gloires du passé. Espérons que cette jeune génération ( joueurs nés entre 96 et 99) gardera la tête sur les épaules, car elle a un sacré potentiel.
On vous présente notre onze en 3-4-3 avec un milieu en losange :

Alban Lafont : Majeur depuis à peine un mois, le portier toulousain compte déjà une cinquantaine de matchs en pro à son actif. Alors que la doublette Ahamada/Goicoechea ne parvenait pas à satisfaire Arribagé ( tu m’étonnes!), il a alors lancé dans le grand bain le jeune Alban ( 1m93 tout de même).
Contre Nice en novembre 2015, il est alors devenu le plus jeune gardien de l’histoire la L1 devant Mika Landreau. Un peu plus d’un an et un coach plus tard, l’espoir franco-burkinabé est toujours en place et ne cesse de s’améliorer. Doté d’excellents réflexes et d’une belle détente horizontale, on se demande qui de lui ou de Gigio Donnarumma ira le plus loin.

Emanuel Mammana : En légère difficulté face à l’armada offensive stéphanoise, le néo-lyonnais a un peu de mal à s’adapter à l’Europe. Formé à River Plate, il connaît sa première et seule sélection avec l’Argentine A en juin 2014 sans avoir joué une seule minute en pro avec son club.
Son palmarès est déjà plus garni que ceux d’un bon nombre de ses coéquipiers : championnat argentin et Copa Sudamericana en 2014, Copa Libertadores 2015.
Grand fan de tacles glissés, bon de la tête et fort dans les duels 1 vs 1, il n’est pas seulement bon défensivement. Il possède en effet une très bonne technique, ainsi qu’une réelle qualité de relance.
On espère donc pour lui qu’il s’imposera au plus vite comme le patron de la défense lyonnaise.

Issa Diop : Moins bon à la relance que ses compères de la défense, il compense grâce à un très gros jeu de tête ( buteur ce soir) et une agressivité dans les duels. Le natif de Toulouse a effectué ses débuts en pro au cours du même match qu’Alban Lafont. Il avait à cette occasion été élu homme du match par les supporters du TFC. Il a ensuite été l’un des acteurs de la phénoménale fin de saison des violets malgré quelques cartons rouges.
Passé par toutes les catégories de jeunes de l’EDF, il a remporté cet été l’Euro avec les U19 et a notamment marqué les esprits en inscrivant le but du 4-0 face à l’Italie en finale.

Malang Sarr : Le niçois connaît parfaitement ce système en 3-4-3 car c’est dans un système quasi-similaire qu’il impressionne tous les week-ends. Il effectue ses grands débuts en L1 dans son club formateur an août dernier, se permettant même d’offrir la victoire aux aiglons grâce au seul but de la rencontre. Depuis, il n’a plus quitté le onze. Sous les ordres de Lucien Favre, il alterne titularisation aux côtés de Dante dans une défense à 4 ou sur le flan gauche de la défense à 3. Malang possède d’innombrable qualités mais on sens de l’anticipation et sa qualité de passe sont ses principaux atouts.

Lucas Tousart : Il était le capitaine de l’équipe de France U19 victorieuse du dernier Euro en Allemagne. Depuis, il est appelé chez les Espoirs. Lucas n’est pas le milieu de terrain défensif le plus technique de L1, malgré le fait qu’il ait une bonne vision du jeu/qualité de passe. Ses qualités sont ailleurs : il a une grosse activité, n’hésite pas à aller au contact et récupère donc un nombre important de ballons. Le jeune homme n’ayant pas été épargné par les blessures depuis son arrivée à Lyon à l’été 2015 compte tout de même une petite dizaine de titularisations cette saison. Il avait d’ailleurs impressionné à Monaco en décembre dernier.

Christopher Nkunku : Acteur majeur du parcours du PSG en Youth League l’an dernier ( auteur d’un doublé et d’une passe dé contre le Real Madrid,par exemple), Nkunku a vu sa carrière prendre son envol en 2015/2016. Il est  alors entré en jeu en LDC face au Shakhtar et a connu sa première titularisation en L1 contre Montpellier.
Le très technique milieu parisien fait parti, comme Lopez, des joueurs qui ont pu éclore grâce à l’évolution des mentalités quant au physique des joueurs en centre de formation. Merci à l’Espagne. Il est évident que son gabarit pourrait lui poser un problème, mais ce n’est pas le cas. Il réussit à s’en sortir grâce à une technique supérieure à la moyenne. S’entraîner au quotidien avec Verratti et Motta  devrait lui permettre de progresser encore plus.

Maxime Lopez : À l’instar de Nkunku, son gabarit frêle aurait pu le priver d’une carrière professionnelle. On se souvient d’ailleurs de la réticence de Passi à le lancer dans le grand bain. Des doutes que Rudi Garcia n’avait pas lui. Véritable découverte olympienne de cette saison, il est même élu joueur du mois de décembre de L1.
Le jeune marseillais est souvent très bien placé, ce qui lui permet de couper les passes adverses. Il distille également des passes millimétrés pour ses coéquipiers et n’hésite pas à se projeter vers l’avant. Les arrivées au club d’un coach qui prône le beau jeu et d’un coéquipier aussi intelligent que lui au milieu ( Sanson) laissent les amateurs du beau foot tout sourire.

Malcom : Arrivé en Gironde l’hiver dernier, Malcom Filipe Silva de Oliveira dit Malcom est peut-être le joueur le plus talentueux de notre onze. En tout cas, il est le plus expérimenté. Il a pris part à plus de 100 matchs en pro depuis ses débuts aux Corinthians en 2014. À seulement 19 ans, il est déjà le leader offensif bordelais et la coqueluche du Matmut Atlantique.
Doté d’une intelligence de jeu supérieure à celle des joueurs de son âge, Malcom se déplace se déplace presque parfaitement. Avec son pied gauche, il distribue de superbes passes ( trop souvent gâchées par ses coéquipiers) et n’a pas grand chose à envier techniquement aux stars de la L1.
Son seul défaut ? Sa moustache.

Gabriel Boschilia : Autre brésilien, autre gaucher, mais monégasque d’adoption celui-ci. Tireur de coup-francs confirmé, Gabriel a nettoyé quelques lulus cette saison. Il saisit du mieux qu’il puisse les opportunités qu’il a puisqu’il a inscrit un but toutes les 60 minutes environ cette saison en L1.
Finaliste de l’édition 2015 de la Coupe du monde des moins de 20 ans, il fut l’un des acteurs majeurs du parcours du Brésil. Il a participé aux sept matchs de la compétition en inscrivant deux buts.
On lui souhaite, ainsi qu’à Malcom, un bel avenir avec la Seleçao. Par contre, s’ils pouvaient rester dans notre beau championnat, ce serait cool.

Kylian Mbappé : Le remplaçant de luxe de l’AS Monaco prend la pointe de notre équipe. Il est,  pour l’instant, celui qui a le plus prouvé. Avec ses onze buts et sept passes dé cette saison, il est l’un des U20 les plus décisifs d’Europe. Le jeune joueur passé par l’INF Clairefontaine possède des appuis destructeurs, une pointe de vitesse monstrueuse pour son jeune âge et une qualité indéniable devant la cage. Ce soir face à Metz, il inscrit le deuxième triplé de sa jeune carrière.
Régulièrement comparé à Titi Henry, il reste très humble. Toutefois, on lui souhaite la même carrière.

Allan Saint-Maximin : Un monégasque de plus ! Mais l’homme à la coupe de cheveux la plus étrange de L1 fait actuellement ses classes sur l’Île de Beauté, du côte de Bastia. À la trêve hivernale, il était le « meilleur dribbleur d’Europe » des cinq grands championnats.
Professionnel depuis 2013, il effectue ses débuts avec les Verts en août de la même année. Il appartient désormais à Monaco, qui l’a prêté à Hanovre puis à Bastia.
Physiquement très puissant, il réussit à allier cette qualité à une bonne technique. Très rapide, Allan est un joueur qui aime percuter, aller de l’avant. Il doit travailler sur son sens du collectif pour devenir dans le futur un très bon joueur.

Ces jeunes hommes ne feront peut-être pas tous la carrière qui leur est promise mais il est certain qu’ils apportent une plus-value à notre championnat. Cette équipe met à l’honneur la formation française mais n’est pas seulement constituée de jeunes français. Les sudams présents dans le onze démontrent que les recruteurs/scouts des grosses écuries s’intéressent aux jeunes talents étrangers dès le plus jeune âge.
On espère que les prochains mercatos ne seront pas l’occasion pour ces jeunes pépites de quitter la L1 pour des championnats plus huppés.

Paul Courant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s