Fond de court Non classé Tennis Top 5

Top 5 : Ces joueurs qui gâchent leur talent

Nick Kyrgios : « Je n’aime pas tant que ça le tennis ». Tout est dit. Nick Kyrgios préfère le basket.. Et insulter Wawrinka sur les courts. Quel dommage ! Un coup droit impressionnant, un très bon service… Mais pas de mental. Et pourtant, il en a sorti des grands matchs, notamment à Wimbledon en huitièmes de finale en 2015 face à Milos Raonic. Son comportement pose réellement problème, lui qui est capable de balancer des jeux, en allumant le filet et en ne bougeant pas sur le court. Il avait promis de faire des efforts sur lui même avant l’Open d’Australie, chez lui, en début d’année. Au deuxième tour face à l’italien Andreas Seppi, alors qu’il mène deux sets zéro, l’australien s’effondre et perd en 5 sets. Symbole d’un je-m’en-foutisme permanent, il réalise un tweener alors que son adversaire sert pour le match… puis gagne le point. Sacré Nick ! Va t-il y arriver ? On essaye d’y croire, il n’a que 21 ans.. Mais si il ne travaille pas sur lui-même, c’est mort.

Fabio Fognini : Vous vous souvenez forcément de cette fin de match à Roland Garros en 2010 entre Fognini et Monfils, avec un cinquième set remporté par l’italien. Vous connaissez alors très bien Fabio Fognini ou la nonchalance à son paroxysme. Ce genre de joueurs sur lequel il ne faut pas miser d’argent. Pourtant, c’est l’un des plus grands joueurs italiens de l’histoire (c’est pas très compliqué en fait…). Excellent joueur de double avec son compatriote Simone Bolelli, il a toujours eu un peu plus de mal en simple. Mais encore une fois, c’est à cause de son mental. Lui aussi a sorti des matchs monstrueux, le dernier en date face à Rafael Nadal durant l’US Open 2015 et ce coup droit long de ligne dont on se souvient encore dans les derniers instants du matchs. Mais quand il n’a pas envie de jouer, ça se voit tout de suite. À bientôt trente ans, sa carrière est probablement derrière lui. Il continuera à briller en double sans aucun doute mais quel dommage Fabio !

Benoit Paire : Pas la peine de le présenter, on commence à le connaître. Ses meilleurs amis sur le circuit : Stan Wawrinka et… Fabio Fognini. Qui se ressemble s’assemble. Après une saison 2015 particulièrement réussie (passage de la 145ème à la 19ème place à l’ATP en un an), Benoit s’effondre en 2016. Régulièrement éliminé dès les premiers tours, il réalise l’exploit de se faire exclure de l’Équipe de France après des JO ratés. Là où il excelle : le cassage de raquettes. Contre le sol, avec ses pieds, avec ses mains, il nous régale à chaque fois. Parfois, il jongle avec les balles sur le court. C’est encore une fois un problème de mental et de concentration. Son plus grand match : son premier tour à l’US Open face à Nishikori en 2015. Techniquement, c’était proche de la perfection. Le potentiel il l’a, on le sait. Son jeu lui demande d’ailleurs d’être toujours au top techniquement, lui qui prend la balle très tôt après le rebond. En fait, ce que l’on retient de Benoit Paire ses deux dernières années c’est son association avec Shy’m. C’est dire…

Nicolas Almagro : Peut être le plus talentueux des joueurs que nous citons. Très puissant, l’espagnol possède l’un des plus beaux revers à une main du circuit. Il a été classé 9ème à l’ATP en 2011, sûrement sa meilleure saison. Comme Fognini, il est réputé pour son irrégularité. Il peut perdre ce genre de match où il gagne 6-1 5-2 40-15, en témoigne un match face au russe Gabashvili durant le tournoi de Barcelone l’année dernière. Bref, le joueur que tu blacklistes dans tes paris sportifs. Excellent joueur de terre battue, il accroche Rafael Nadal en quart de finale à Roland Garros en 2010 après trois sets très serrés. Almagro ou la chronique d’un talent vraiment gâché. À 31 ans maintenant, il ne pourra plus revenir en arrière.

Vasek Pospisil : En 2013, c’est la révélation. Après de très bonnes performances en tournoi, le canadien se hisse à la 31ème place mondiale. En 2014, il effectue sa première finale en simple. En 2015, il atteint les quarts de finale de ce même tournoi et s’incline face au local Andy Murray. Une progression logique et pleine d’espoirs dirons nous. Mais en 2016, Pospisil perd complètement confiance en lui et enchaîne les défaites. Pire encore, lorsqu’il fait trop chaud, le canadien n’y arrive jamais. On dirait une excuse de joueurs français. Alors qu’il a atteint la 25ème place mondiale en 2014, il est maintenant en dehors du top 100, à une modeste 118ème place. Quel gâchis ! On se souviendra quand même de sa victoire en double avec Jack Sock face aux deux légendes, les frères Bryan.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :