Alley Oop Basket Non classé

Miami, nouvel Eldorado?

Depuis le départ de LeBron en 2014, le Heat a entamé une refonte de son effectif. Durant cette saison, le Heat a misé sur son duo « Flash-CB1 » et des recrues plus ou moins expérimentées dont un certain Whiteside afin de rejoindre les playoffs. Malgré cela, le Heat a traversé une saison galère qui les fera échouer au pied des playoffs, à seulement une victoire de l’objectif annuel. Cette déconvenue a malgré tout permis l’éclosion d’une futur star, Hassan Whiteside, qui prend d’assaut la raquette afin d’en faire sa forteresse.

Suite à ce cuisant échec, le Heat décide de signer trois vétérans, les deux all-stars Amar’e Stoudemire et Joe Johnson afin de donner un second souffle à l’équipe et Gerald Green, connu pour avoir participé au All-Star Game en 2011-2012… en D-League. Ce pari a été renforcé par la re-signature de la légende du club Wade et le petit nouveau Dragić. La saison du Heat fut marquée par la blessure de Bosh qui loupa le all-star game et le reste de la saison. Malgré cette mésaventure, le Heat termine à la 3è place de la Conférence Est et rejoint les playoffs. Durant cette saison, un homme s’est imposé comme étant une référence à son poste:  « Agent Block ». Ce joueur a vécu un vrai calvaire avant de s’imposer dans la meilleure ligue du monde. Ses galères ont commencé dès qu’il a été drafté en NBA par les Kings en ne jouant qu’un seul match au cours de la saison. Ensuite se suit un vrai chemin de croix pour le joueur qui alterne entre D-League, Liban et Chine. Le Heat prend le risque de le signer en libérant Shannon Brown, et bien lui en a pris. Le pivot réalise des performances exceptionnelles sous son nouveau maillot comme en atteste son double-double-double avec un pourcentage de tirs à 90%, performance réalisée par seulement quatre joueurs dans l’histoire de la NBA. Malgré ses performances, le Heat se fait éliminer 4-3 par les Raptors en demi-finale de conférence.

Après cette contre-performance, le Heat décide de tenter un autre pari: Dion Waiters. Ce joueur rejeté des Cavs et OKC exprime enfin son potentiel et devient un joueur reconnu en NBA. Dion prend de plus en plus d’importance dans la rotation et joue en moyenne 30 minutes et marque 16,1 points par match.

Les moments « clutch » lui sont réservés comme en témoigne son buzzer beater face à l’équipe des invincibles Warriors. Après un début de saison galère, suite au départ de l’icône D-Wade et la retraite anticipée de la superstar Bosh, le Heat a sombré vers les profondeurs de la ligue. Mais depuis le début de l’année, ce Heat a retrouvé des couleurs avec un Dion Waiters enfin au niveau de la franchise et un Whiteside de retour au premier plan au même moment que le meneur star Dragić. Cette communion au sein de l’effectif s’est ressentie sur leurs performances avec pas moins de 22 victoires sur leurs 27 derniers matchs.

Le Heat est donc de retour sur les devants de la scène et ses chances de playoffs se sont accrues sous l’impulsion d’un coach: Erik Spoelstra qui réalise des merveilles avec un effectif pas forcément destiner à jouer les premiers rôles en NBA.

ALEXANDRE FIOLLEAU

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :