Football Non classé

Il a changé, Dumbo.

   « Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. » Tel est le dicton entonné par des milliers de canonniers à l’issue de la déroute européenne d’Arsenal face au Bayern. On traverse la Manche, on prend les mêmes et on recommence. Désormais patron de l’EDF, Koscielny a plus que franchi un cap.

Exempt de toutes sortes de flow ou charisme, le natif de Tulle réjouit tous les fans des Bleus depuis la coupe du monde 2014. Présent dans les petits et grands rendez-vous, Kos’ est désormais indiscutable et paraît indéboulonnable à 14 mois de la Coupe du monde en Russie. Et ce statut-là, Laurent en était si loin il y a encore quelques temps…

Rappelez-vous, il y a un peu moins de 4 ans, en match de barrage aller de la Coupe du Monde 2014 face à l’Ukraine. Le magnifique enchainement pénalty/carton rouge restera dans les anales. Et le match retour, sans Koscielny donc, fut l’un des plus beaux de l’EDF au 21ème siècle.

Petit à petit, Koscielny a mangé les miettes laissées par Sakho et Varane pour peser de plus en plus sur les attaques adverses. Il est excellent en club, Deschamps n’a donc d’autres choix que de le sélectionner. Viennent alors les mini scandales de Sakho à Liverpool et les « sagas » Umtiti et Laporte, jamais appelés en A. Laurent ne va pas s’en plaindre… Et va convaincre. Plus qu’un sélectionneur, c’est un pays qui est convaincu par les prestations plus que sérieuses de l’ex-lorientais.

Actuellement, Laurent Koscielny est dans le top 7 des meilleurs défenseurs au monde, mais surtout le meilleur défenseur de Premier League. Les qualités de Koscielny sont connues de tous : placement/duel/contact/relance. Sur le plan technique pur, plusieurs défenseurs sont au-dessus du Kos’ (exemple : TS). Mais il prouve depuis 7 ans en club et 2 ans en sélection qu’ii est INDISPENSABLE derrière. C’est le patron. Il joue tous les matchs, en entier. Il a plus de références en Europe (France – Allemagne, Arsenal – Chelsea) que certains défenseurs brésiliens dont je ne donnerai pas le nom.

On peut allumer Wenger dans tous les sens (à juste titre). Mais il est un acteur majeur de la transformation du Kos’. Les belles années Koscielny s’arrêteront sans doutes très vite (31 ans), mais le vice capitaine d’Arsenal a jusqu’à juillet 2018 pour soulever un trophée avec les Bleus. Après, il sera surement trop tard.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :