Football Non classé

Quelles sont les équipes les plus dépendantes de leur buteur ?

*Stats arrêtées au Vendredi 30 mars 2017.

De nos jours, les attaquants moyens se vendent plus chers que les bons défenseurs. Les clubs sont prêts à poser des millions sur la table pour un jeune à 20 buts dans un championnat de seconde zone.

Pourquoi la valeur des buteurs / top players atteint-elle des sommets ? Car ce sont eux qui permettent de gagner. Ce sont eux qui rapportent les trois points si chers à chaque coach. Ce sont eux qui font trembler les filets adverses ainsi que les fans en tribune.

Une équipe n’est évidement pas composée d’un seul joueur. N’en déplaise à Sir Ferguson ; lui qui pensait pouvoir gagner la LDC avec Zizou et dix bouts de bois. Mais à défaut d’être la somme d’onze individualités, une équipe est souvent dépendante d’un homme.

Pour analyser la dépendance des diverses écuries européennes à leurs buteurs respectifs, nous avons eu une idée. Calculer le nombre de points que celles-ci auraient engrangé en ne comptabilisant que les buts inscrits par ces mêmes buteurs. Nous avons ensuite classé les clubs que nous avons analysé par rapport au classement actuel de leur championnat.

On pourrait penser trouver Messi et/ou Suarez dans la catégorie des joueurs dont l’influence est très forte. Mais l’apport de leurs coéquipiers permet au Barça d’être assez équilibré de ce point de vue.

À contrario, certains clubs sont pleinement dépendants de leur buteur.

En terme de buts inscrits, Cologne est l’équipe la plus dépendante de sa pointe. Anthony Modeste pèse en effet 59% des buts de la formation en Buli.

L’actuel 6ème du championnat allemand a inscrit 37 buts lors des 25 premières journées, dont 22 sont à mettre au compteur de l’attaquant français. Cologne aurait récolté 28 points avec les seuls buts de Modeste, soit seulement 9 points de moins que le classement l’affiche actuellement.

Edinson Cavani, quant à lui, permettrait au Paris-Saint-Germain de se positionner à la 7ème place de L1 si on n’avait comptabilisé que ses buts. Une performance remarquable pour lui. Une performance un peu plus inquiétante pour le club francilien, dont 45% des buts en championnat sont inscrits par l’uruguayen. Auteur de sa meilleure saison en France, Edi aurait glané 45 points à lui seul après 30 journées.

Alors que le Bayern Munich se ballade seul en tête de Bundesliga, le club se classerait à la 6ème place à égalité avec Cologne dans les mêmes conditions. Robert Lewandowski a marqué précisément le tiers des buts de l’ogre allemand en championnat.

Le Everton FC est également ultra dépendant de Romelu Lukaku. Alors que les Toffees pointent le bout de leur nez à 7ème place, ils ne perdraient que quatre places en ne comptabilisant que les buts du belge. En effet, Lukaku a inscrit 41% des buts du club en championnat. Il aurait théoriquement apporté 33 points au club à lui seul.

Parmi les attaquants décisifs en Europe, ils en existent dont l’influence indéniable peut tout de même être contrastée.

La Roma, emmenée par Edin Dzeko, devrait très certainement se qualifier pour la LDC une fois de plus. Le bosnien joue un rôle majeur dans cette campagne car il a inscrit un peu moins d’un tiers des buts romains en Série A. Mais il ne permettrait pas à la Roma de se classer au-dessus de la 12ème place ( 36 points) grâce à ses buts.

Toujours en Italie, Mauro Icardi réalise une grande saison. Son Inter est de retour aux premiers plans sur la scène nationale et c’est en grande partie grâce à lui et ses 20 buts. Pourtant, les nerazzurri se placeraient à la 16ème place si on ne comptabilisait que les buts de l’argentin. Un classement peu flatteur pour le néo-capitaine des Interistes.

Le classement de Manchester United ne serait pas plus flatteur si Zlatan Ibrahimovic était leur seul buteur. Les mancuniens joueraient le maintien avec seulement 27 points malgré leurs matchs de retard. Le Z pèse tout de même à hauteur de 36% sur les buts de Man U. Alors que le PSG version 2015/2016 aurait tout de même été champion de France en ne comptabilisant que les buts du géant suédois.

L’Atlético de Cholo Simeone est emmenée par nos deux frenchies : Griezmann et Gameiro. Le second, auteur de 10 réalisations en championnat, ne pèse pas assez sur son équipe pour qu’on puisse l’analyser.

Pour ce qui est de Grizzi, il a eu des débuts difficiles. Mais il redevient doucement le joueur qui permet à l’Atlético Madrid de gagner. Les Colchoneros se classeraient à la 14ème place avec 30 points contrairement aux 55 actuels.

Certaines équipes sont tellement équilibrées offensivement que même leur meilleur buteur ne possède pas une influence trop forte.

C’est le cas de l’actuel leader du championnat écossais. Le Celtic comptabilise 83 points après 29 journées. La saison remarquable de Moussa Dembélé n’est pas reflétée par le poids qu’il pèse ( 22% des buts de l’équipe) offensivement. Si le jeune français était le seul joueur autorisé à scorer pour son club en Premier League écossaise, le Celtic Glasgow tomberait à la 6ème place avec seulement 37 points.

Au Napoli, Dries Mertens a pris les rênes de l’attaque après la blessure précoce de Arkadiusz Milik.

Improvisé faux 9 de Maurizio Sarri, le belge réalise une grande saison. Pourtant, les napolitains passeraient de leur 3ème place actuelle à la 17ème place en prenant uniquement en compte ses buts. Grâce à une multitude de buteurs,il n’a inscrit « que » 29% des buts du SSC Naples en Série A.

CR7 quant à lui, ne permettrait pas au Real Madrid de se maintenir en Liga en ne considérant que ses buts. La Maison Blanche rejoindrait les relégables avec 22 petits points. Auteur d’une saison plutôt discrète, la star madrilène reste tout de même le meilleur buteur du club en Liga avec 19 réalisations.

Monaco caracole en tête du championnat français grâce à une pluralité de buteurs : 14 précisément en championnat ( dont 9 à plus de 7 buts toutes compétitions comprises). L’équipe emmenée par Jardim est la formation la moins dépendante de son attaquant de pointe. Radamel Falcao, avec ses 16 buts en L1, représente seulement 18% des buts inscrits par la formation monégasque. Le club de la principauté se retrouverait à jouer le maintien avec 29 points si El Tigre était le seul joueur autorisé à faire trembler les filets des adversaires.

Le classement des écuries européennes dépend donc évidement de leurs buteurs. Cette dépendance est d’ailleurs finalement légitime.

Il existe par contre des nuances à apporter à cette dépendance. Un bon classement par rapport au véritable rang de l’équipe peut traduire plusieurs réalités. Une inefficacité des coéquipiers offensifs. Un championnat faible où les mieux classés possèdent une avance énorme sur leurs poursuivants. Ou tout simplement une saison réellement exceptionnelle d’un joueur.

Les attaquants dont les équipes dépendent dans les limites du raisonnable sont également pour leur part les buteurs numéro un de leur club. Mais leur influence contrastée peut être expliquée par un trou d’air durant la saison ( Griezmann) ou par un compère d’attaque performant ( Pour Dzeko à la Roma : Salah).

En ce qui concerne les attaquants les moins influents sur le classement de leur club, ils sont excusés. Leur qualité n’est en tout cas jamais remise en cause. Les magnifiques parcours des collectifs monégasque, madrilène et napolitain viennent appuyer cet avis. Ces équipes ne dépendent que très peu de leurs buteurs respectifs grâce à une pléthore de buteurs et des collectifs bien huilés.

Paul Courant

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :