La Cartouche Non classé Rugby

Le XV du week end #5 : Des victoires surprises et un sifflet en travers de la gorge

Vous l’attendiez, voici notre XV du week end mélangeant nos tops, flops, et moments insolites de la 23ème journée du TOP14 ! Deux surprises, un premier club qui descend officiellement et un choc : il y a eu de gros matchs ce week-end.

1) Zurabi Zhvania : Au-delà du match correct qu’il a délivré à Jean Dauger, le pilier géorgien a encore régalé. Sur l’essai de Waisea, il a délivré un superbe coup de pied. Puis le centre fidjien venait conclure une contre-attaque de plus de 90 mètres Aussi inhabituel et surprenant que son nom de famille.

 

2) Julien Marchand : La promesse française au poste de talonneur est peut être le successeur de Servat que le Stade attend depuis de longues années. Si le club de la ville rose s’est encore inclinée pour se retrouver à la place de premier non relégable (Novès doit se demander ce qu’est devenu son club fétiche), il a pourtant été très bon. Il a tenu la dragée haute à son vis-à-vis le capitaine français Guirado, excusez du peu. Un vrai marchand de bonheur.

 

3) Tameifuna : Dimanche on a retrouvé le pilier indispensable au Racing victorieux l’année dernière. Après être revenu en surpoids puis avoir trainé depuis novembre un ulcère, il a enfin démontré ses qualités de percussion et en mélées fermés. Et il a même distribué quelques jolis tampons en supplément. Indispensable.

 

4) Bayonne : C’est officiel, Bayonne jouera le vendredi soir l’année prochaine. Dans le duel des non-fusionnés, le Stade Français s’est imposé sur la pelouse de Jean Dauger. Une saison cauchemardesque pour les hommes de Vincent Etcheto. Pire encore, cette défaite a permis à leur adversaire du soir de croire aux barrages. C’est dire. L’Aviron a encore chaviré. À Narbonne et à Dax, on ne verra plus que c’est gars-là.

 

5) Romain Poite : L’un des deux meilleurs arbitres au monde nous a offert une scène cocasse sur la pelouse du Marcel Michelin. Il s’est avéré qu’il avait avalé son sifflet !

 

6) Ouedraogo : Le symbole montpelliérain continue de faire forte impression. Incontestablement un des grands outsiders pour le Brennus, les montpelliérains ont fait exploser les pauvres grenoblois avec notamment un terrible 33-0 au bout d’une demi-heure de jeu. Les ballons portés dirigés par le troisième ligne français se sont révélés destructeurs. Il faudra compter sur lui en mai et juin.

 

7) Bruni : Une surprise. Alors que tous les observateurs voyaient Lyon finir la saison en roue libre, n’ayant probablement plus rien à jouer, ils ont pris les tarnais à la gorge pour montrer qu’ils n’étaient pas venus en victime expiatoire. Une grosse bataille a eu lieu dans les rucks, et l’ex-toulonnais s’en est donné à cœur joie. Ajouté à cela un réalisme implacable et vous avez tous les ingrédients pour une victoire à l’arrache chez un concurrent direct pour l’Europe. Un grand match.

 

8) Galletier : Une belle bête qui a marché sur le pack grenoblois. A l’instar de ses coéquipiers, il a toujours été dans l’avancée et à l’affut de toute les pertes adverses. Décisif sur l’essai de Tomane et sur les ballons portés. On sent qu’il a la capacité à voir des surnombres partout. Pas très étonnant vu son nom.

 

9) Péjoine : Le chef d’orchestre de la victoire briviste en terre auvergnate. Qui aurait misé sur la victoire des corréziens ? Pas grand monde hormis François Hollande. Il a totalement mangé Rado dans tous les compartiments de jeu et a permis une victoire assez facile. Un match et une prestation personnelle surréaliste.

 

10) Beauxis : Il est éternel. Après avoir été jeté comme un malpropre de Bordeaux par manque de temps de jeu, il renaît peu à peu de ses cendres. Il a mené le LOU à Castres d’une main de maître. Avec une réussite aux tirs au but insolente et des coups de pieds de mammouth dont il a le secret, il a permis à son équipe de croire à une qualification en phases finales. Lionel le phénix.

 

11) Lapeyre : Gagner à Clermont ce n’est pas donné à tout le monde. Marquer deux essais en deux minutes encore moins. Mieux encore à la 45ème minute, Benjamin Lapeyre s’en va en terre promise et botte la transformation. Oui, les deux à la fois. Lapeyre, y en a pas deux. Si, cette fois, il y en a deux.

 

12) Aguillon : Il y a des matchs où il faut savoir faire le nécessaire en défense, des matchs où l’on ne marque pas quatre essais. Pierre Aguillon l’a bien compris et les bordelais l’ont bien senti. Auteur de très gros placages, Pierre a régalé Marcel Deflandre : aux aguets Aguillon.

 

13) Nonu : Toulon semble enfin se relancer. Nonu aussi. Son magnifique essai le démontre. Le all-black s’est littéralement amusé avec la défense toulousaine. Il faudra indéniablement compter sur le RCT en cette fin de saison, et sur Nonu. Ma’a Nonew.

 

14) Camara : L’ailier français est peut être au top de sa carrière. Tel le bon vin, il s’améliore avec le temps. Qui aurait pu lui prédire une telle trajectoire il y a une dizaine d’années ? A ce rythme-là, il mettra peut être sur le cul Savea en 2019 en finale de la Coupe du Monde. Qui sait. En tout cas, il a été l’élément déclencheur sur le premier essai parisien.

 

15) Bonneval : Si il se retrouve à ce poste, ce n’est pas pour son doublé mais plutôt pour son attitude lors de son dernier essai. Alors que les bayonnais tentaient de sauver l’honneur, ils se sont faits contrer. Mais au lieu d’aplatir dans l’en-but de manière classique, il a chambré les locaux en tapant dans les mains de ses partenaires avant de marquer. La bronca du public et l’explication de deux joueurs ciel et blancs l’ont vite remis à sa place. Pas très rugby ca.

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :