Non classé Rugby Sur Le Pré

Pourquoi l’équipe de France de rugby à 7 n’arrive pas à passer un cap ?

Lors de la saison 2015-2016, l’Equipe de France a réussi une saison contrastée sur le plan sportif mais elle a commencé à attirer un public encore assez inexpérimenté, qui découvrait ce sport. Longtemps dans l’ombre du rugby à 15, voir même du rugby à XIII, la France a longtemps payé un manque de résultat pour avoir de la visibilité. Mais peu à peu, certains éléments ont commencé à contribuer à la montée populaire des Bleus: tout d’abord avec la retransmission des étapes des World Rugby Sevens Series sur Canal+ même si les horaires sont loin d’être facile pour les européens, mais aussi avec la volonté de la fédération d’en faire un sport majeur. Résultat, l’arrivée de Vakatawa qui est considéré comme l’un des tous meilleurs joueurs à 7 a permis de passer un cap sur le papier. Et cet engouement s’est confirmé avec une influence incroyable à Jean Bouin pour l’étape parisienne. Puis les Jeux Olympiques ont confirmé que les français attendaient beaucoup de cette équipe, au vu des réactions vis à vis de la défaite en quart de finale face aux japonais. Ce qui constituait pourtant une très belle performance. 

Et cette année c’est la soupe à la grimace. Si elle avait bien commencé avec la tournée africaine, la tournée océanienne a été un peu plus décevante puis la tournée nord américaine a été progressive, avec aucune qualification en Cup. La France stagne clairement, et ce pour plusieurs raisons.

1) L’absence de Vakatawa et Bouhraoua

Virimi_Vakatawa_2012.jpg

Bien sûr que la France n’aurait pas remporté toutes les étapes si ils avaient été présents à chaque fois. Mais force est de constater que n’importe quelle équipe amputée de ses deux stars et meilleurs éléments ne peut rivaliser avec ce qui se fait de mieux. Entre la sélection avec le XV national du premier et les blessures du second, le faible réservoir français ne pouvait se permettre de se priver de ces deux là. Le seul point positif, c’est que certains joueurs ont pu être testé avec succès, comme Lagarde et Fouyssac. Des excellentes recrues pour aller en Bowl.

2) L’entraineur

Frederic Pomarel est depuis l’entraineur depuis 2010. Il a pris la succession de Thierry Janeczek, et a réussi à stabiliser l’équipe durant 7 années. Mais elle n’arrive pas à passer ce fameux cap, celui qui ferait des Bleus une équipe habituée aux places d’honneur. Pire, depuis quelques temps, le groupe semble donner l’impression de ne plus adhérer au discours de l’entraineur. Il n’y pas une tactique qui saute aux yeux. Mais on n’ira quand même pas à dire que le plan de jeu sous PSA était plus défini. Par exemple, défensivement, les français sont bons en 1 vs 1 mais ne semblent pas avoir de repère collectif. Peut être que l’entraineur a usé les joueurs. Les « petites nations » ont fait appel à des staffs étrangers. Pourquoi ne pas faire la même chose en France ?

3) Des joueurs pas au niveau ?

Soyons honnêtes: la plupart des joueurs présents dans cette équipe n’ont pas le même talent que des fidjiens ou néo -élandais. En France, le manque de culture du 7 est un défaut: lorsqu’un joueur est performant, il va se diriger vers le XV, beaucoup plus exposé et rémunérateur. Hormis Vakatawa, aucun joueur ne fait partis du gotha mondial. Compliqué donc de rivaliser. Pour y remédier, la fédération française s’est servie de l’attraction des JO pour attirer les plus grands joueurs à XV (les autres pays en ont fait de même). Des joueurs assez importants comme Ouedraogo, Grosso ou O’Connor avaient caressé l’espoir de faire l’olympiade, sans réussite. Le seul ayant été retenu comme réserviste était Guitoune, c’est dire à quel point l’adaptation a été réussie pour ces joueurs. Les autres sont retournés dans leurs clubs. Et si on observe le parcours des joueurs formant l’équipe actuelle, on remarque rapidement qu’ils n’étaient que des seconds couteaux dans leurs clubs de Top 14. C’est donc le principal objectif de la FFR: attirer des pépites au 7.

4) Des adversaires mieux structuré

National_Guard_sponsorship_of_USA_Rugby_(3309784910).jpg

La France est l’équipe qui a le plus de de moyens financiers à sa disposition. Elle possède Marcoussis, qui est un centre d’entrainement moderne et bien au dessus de ceux de nations comme le Kenya ou des Fidji. Pourtant, si le matériel à disposition est bon, l’organisation humaine n’est pas au niveau. Les Bleus ont échoué à Hong Kong, L’ETAPE référence des World Series et ne sont pas arrivés en Cup. Les Français possèdent un orgueil fantastique mais ils ne peuvent pas jouer seulement avec ce sentiment là. L’ex-coach des Fidji, Ben Ryan, a réussi à discipliner ses joueurs et en a fait des machines à gagner, surpassant même les néo zélandais qui ont toujours été la référence. L’alchimie de leur talent naturel et de cette discipline pourrait être applicable en France. Il manque un leader tactique. Mais la FFR ne semble pas bouger sur ce point là…

un commentaire

  1. Pas tellement d’accord sur « l’Equipe de France a réussi une saison contrasté sur le plan sportif « , quoi 2 qualifications en #Cup sur 8 étapes, c’est ridicule mais pour le reste, je suis d’accord.
    Ce Coach est une plaie qui gangrène l’équipe depuis 2010.
    Ce Président avait promis des nouveautés dans son programme, il fait quoi, il a laissé un Coach en place et virer le manager, une saison entière de gâcher qui se relevait pour le tournoi de Paris ? Si c’est pour faire bien une étape du circuit, c’est la honte sachant que nous avons l’un des plus gros budgets du monde entier.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s