Non classé Rugby Sur Le Pré

Le XV du week-end #7 : des coups de poings et Jean Bouin plein

18253751_1914071935473060_1980116381_n.jpg

 

1) Le derby : C’était l’affiche de cette fin de saison. Les amateurs de rugby l’attendaient non pas pour son niveau de jeu, mais plutôt pour compter le nombres de mandales. Et si comme dans tout derby qui se respecte, on s’est demandé si on regardait bien un match de niveau professionnel pendant une bonne demi heure, la bagarre a permis aux acteurs de se libérer et de produire un match avec du suspense, finalement agréable à voir en seconde période. A noter que Jean Bouin n’était pas vide, chose assez rare pour le souligner.

2) Guilhem Guirado : L’un des seuls toulonnais réguliers depuis le début de la saison. Encore très fort à Bordeaux samedi soir, il a muselé les attaques bordelaises ne laissant rien passer. Impérial en mêlée, il a couronné son match par un essai, offert sur un plateau par Nonu. Une partition parfaite. Guirado ré, mi, fa, sol, la, si.

3) Quentin Lespiaucq : À Pau, il y a Lespiaucq. Très gros match du talonneur palois et une victoire accrochée face aux Brivistes. Une victoire qui aura eu le mérite de faire espérer tout un peuple. Mais les phases finales semblent bien loin alors que les palois vont se déplacer à Mayol lors de la dernière journée. Pas de pau quand même.

4) Jacques du Plessis :  Un match contrasté pour le deuxième ligne montpelliérain. Bouffé par les rochelais pendant 65 minutes, il n’a pas fait le poids. Puis il s’est soudainement réveillé. Et les montpelliérains ont passé 21 points à La Rochelle. Encourageant pour les phases finales qui approchent à grand pas. Oui Jacques, tu nous plais si.

5) Pascal Papé : Un joueur joue un match particulièrement terne, un derby qui plus est. Il s’ennuie et veut mettre un peu d’ambiance. Il décide de lancer une bonne générale pour se chauffer un peu. Qui est il ? Forcement Papé ! Il a eu le mérite de lancer le match, en cognant sur Chavancy. Le carton rouge qui suit derrière est regrettable, sachant que c’était peut être le dernier match de sa carrière. Une sorte d’hommage au grand joueur qu’il a été.

6) Monribot : Samedi encore il s’est illustré. Dans un match qui ressemblait plus à un All star game au niveau des intentions de jeu (air défense pour tout miser sur l’attaque) qu’à un match de Top 14, il a montré qu’il était un cran au dessus. Une dextérité appréciable en touche, une bonne technique et des charges qui ont souvent nécessité plusieurs grenoblois. Il a fait ses adieux à Jean Dauger, visiblement ému.

7) Victor Vito : Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Absent lors deux derniers matchs rochelais, il n’a pu que constater les défaites de ses coéquipiers. Pas loin d’une Vito dépendance encore aujourd’hui. Avec lui, 40 points et deux essais. Sans lui, 21 points encaissés en six minutes. Incontestablement le meilleur joueur du Top 14 cette saison. Vitobligatoire.

8) Sergio Parisse : L’exemple parisien ! Pendant que d’autres sortaient la boite à gifles, il a préféré montrer ce qu’il savait faire de mieux : motiver ses partenaires, parler avec l’arbitre et montrer l’exemple. En interceptant une passe de Carter et en cavalant sur plus de 50 mètres, il a ainsi permis à son équipe de prendre le large et ne plus être réellement inquiété.

9) Ludovic Radosavljevic : Souvent moqué à juste titre, Rado a fait un très bon match samedi face au LOU. Dynamiteur du jeu clermontois et très efficace dans son jeu au pied, il a permis à Clermont d’arracher une victoire importante dans la course aux demi-finales, qui sont quasiment assurés maintenant. Aujourd’hui, on doit le féliciter. Rado et des bas.

10) Benjamin Urdapilleta : Énorme match de l’ouvreur argentin. Comme si la montée en Top 14 de son ancien club Oyonnax lui avait donné des ailes. Un match plein donc et marqueur de l’essai du bonus, celui qui envoie Castres en phases finales, encore une fois. Benjamin Millepied dans le corps d’Urdapilleta.

11) Yoann Huget :  Rien ne va plus à Toulouse. Encore une branlée et une douzième place qui fait tâche. Les internationaux n’y sont plus, Huget le premier. Très en-dessous du lot encore une fois, l’ailier toulousain n’y est plus. Comme toute l’équipe d’ailleurs. Comme tout le staff d’ailleurs. Triste à dire mais actuellement à Toulouse, il vaut mieux regarder du foot et ça faisait longtemps que ce n’était pas arrivé.

12) Adam Ashley-Cooper : Sur le départ de Bordeaux avec un contrat non renouvelé, l’australien n’y est plus vraiment. Comme son partenaire Jean Baptiste Dubié, il a cruellement manqué d’inspiration et d’impact pour réaliser un grand match. Bordeaux dit adieu aux phases finales et c’est bien dommage. Son effectif devait lui permettre de viser plus haut. À l’année prochaine.

13) Jean-Baptiste Dubié : Un futur bon joueur, en atteste sa sélection dans la dernière liste de Guy Novès. Mais sa prestation de samedi soir n’est pas à la hauteur de ce à quoi il prétend. Trop peu inspiré, il n’a que très peu franchi le rideau défensif toulonnais, certes très bien en place. Jean Baptiste Dubien et du moins bien.

14) Julien Caminati : Très peu titulaire depuis le début de saison, Julien Caminati ne rentrait pas vraiment dans les plans de Christophe Urios. Depuis quelques matchs, il est de retour et il fait plutôt très bonne figure. Auteur d’un doublé face à Toulouse, il est officiellement de retour. Son énorme charge sur son vis à vis toulousain en deuxième mi-temps en est la preuve.

15) Jacky Lorenzetti/Thomas Savare : Le premier a reçu une bronca assourdissante lorsqu’il a célébré l’essai d’Imhoff (finalement refusé), et le deuxième n’a pas été accueilli à bras ouverts par les supporters habillés en rose. Le président du Racing doit être bien content de ne pas récupérer ces supporters du Stade Français qui l’ont bien hué.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s