Football Non classé

Un lyon ne meurt jamais

Lyon se déplace chez son ennemi juré, ce soir. Au pied du podium en Ligue 1, deuxième de sa poule en coupe d’Europe, les Gones paraissent rodés et réguliers. Et pourtant, le contenu des prestations lyonnaises laisse souvent à désirer. Au-delà des vannes à répétition sur Genesio et son projet de jeu pour le moins suspect, il y a un homme qui lutte contre vents et marées pour maintenir à flot son club formateur.

 

Le Portugal est devenue notre bête noire. Depuis le 10 juillet 2016 et le but d’Eder ? Non. Bien plus tôt, 9 mois plus tôt pour être précis. Un soir de septembre 2015, le Portugal reçoit l’équipe de France. 14ème minute de jeu, Fékir s’écroule et sort. La nouvelle tombe peu après le coup de sifflet final : rupture des ligaments croisés du genou droit pour Nabil. Et c’est bien plus tard que l’on comprendra que le 4 septembre 2015 est devenu une date charnière dans la carrière de l’enfant de Villeurbanne.

Véritable chef d’orchestre en 2014-2015, Fékir avait absolument tout pour continuer, progresser et s’imposer dans le 11 de DD à l’Euro. Mais il a eu un mal fou à se remettre de cette blessure. On est passé d’un attaquant virevoltant, remuant et décisif, à un joueur de quartier en léger surpoids. Farès Bahlouli 2.0. Boudé par ses supporters, critiqué par la presse, délaissé par Deschamps, la descente aux enfers paraissait inévitable. On savait que Nabil avait du talent, une fan base et du flow. Mais on ne savait pas qu’il avait une telle force de caractère.

Ligue-1-–-Fekir-Jespère-que-lOL-va-revenir-au-niveau-du-PSG-et-même-le-dépasser.jpg

Crédit : ParisFan

Le 27 juin 2017, c’est la reprise de l’entrainement pour l’Olympique Lyonnais. C’est un Fékir affuté que l’on retrouve au Groupama Ol Training Center et sur les écrans de Canal, lors des matchs amicaux des Gones. Plus en jambes, plus mince, crâne rasé, c’est un nouveau Nabil qui s’apprête à enfiler le brassard de capitaine. Impatients sont les fans de ballon rond de retrouver le Fékir d’antan. La déception ne sera pas au rendez-vous. Après deux ans de disette, il brille de nouveau, dicte et régule le jeu de son équipe. Auteur de 10 buts et 3 passes décisives, le numéro 18 est fiable et régulier, dans les petits et grands matchs. Si Lyon est actuellement troisième en ligue 1 et deuxième de sa poule en Europa League, c’est en (grande) partie grâce à Fékir. C’est un retour qui force l’admiration.

Mais comme tout joueur, Fékir n’est pas parfait, loin de là. Des problèmes de comportement sont encore à déplorer, notamment face aux arbitres (cf face à Monaco, cette saison). On garde aussi en tête son carton rouge absolument débile face à Nice l’an passé. Par ailleurs, sa rentrée avec l’équipe de France face au Luxembourg est une définition parfaite de ce qu’est la nonchalance.

 

Mérite-t-il pour autant d’être titulaire en EDF ? Le débat existe. Les places sont chères, tant le talent est présent chez les attaquants français. Deschamps devra faire des choix. Fraîchement rappelé, Fékir a toutes les cartes en main pour s’imposer en se montrant contre le Pays de Galles et l’Allemagne. Et comme l’a dit Booba : « Plus le combat est dur, plus la victoire est belle ». 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s