Football Non classé

Ce qu’il ne faut surtout pas retenir de ce Montpellier-Marseille

  Avant toute chose, l’équipe de La Prolong’ tient à remercier Mr. Schneider, sans qui cette soirée n’aurait pas eu cette saveur 100% Ligue 1. Plus sérieusement, les joueurs se sont quittés au terme d’un match nul tumultueux (1-1), qui regorge de faits de jeux à ne retenir sous aucun prétexte.

Tout d’abord, il faut rappeler que le froid glacial de ce début de mois n’est, en aucun cas, une raison pour allumer un feu de camp au milieu d’une tribune de la Mosson. L’utilisation des fumigènes et des bombes agricoles se répand de plus en plus dans les stades en France, et ces débordements amènent plus de sanctions que de buts aux clubs concernés. C’est une très mauvaise chose selon moi. Il faut cependant avouer que les supporters montpelliérains ont brillamment rempli leur rôle de 12ème homme ce soir. Pourtant, depuis le début de la saison, il ne fait pas bon d’être des leurs. Leur équipe accumule les matchs nuls (dans tous les sens du terme), et Montpellier trône à la 18ème place du classement des attaques de L1. Si statistiquement parlant, l’équipe de Montpellier remplit ses objectifs, elle ne fait rêver personne et ne s’en cache pas. En effet, la principale chose à oublier ce soir, c’est le jeu proposé par les deux équipes. D’un coté, l’OM de Rudi Garcia est apparu frileux, lent et dénué de toute créativité. De l’autre, les hommes du technicien arménien ont tout simplement refusé le jeu, en tentant quelques attaques timides et souvent peu concluantes. Depuis son match nul face au PSG, Michel Der Zakarian entretient ce 5-3-2 infernal qui ferait peur à un italien.

img-montpellier-avait-pourtant-eteint-l-om-1512338659_580_380_center_articles-450714.jpg

Les 22 joueurs se sont donc livré une attaque/défense barbante à l’avantage de l’OM (68% de possession). Les deux buts sont eux le résultat d’une quasi boulette de Steve Mandanda, et d’une quasi énorme boulette de l’arbitre. Finalement, oublions ensemble la prestation de l’arbitre central, Monsieur Frank Schneider. Vous me direz sûrement qu’il est facile de critiquer un arbitre, comme il est facile de critiquer un attaquant qui ne marque pas. Mais ce soir, Mr Schneider a mis l’équivalent d’un triplé contre son camp.

schneider.jpg

D’abord, il distribue carton jaune sur carton jaune (2ème minute, puis 20ème, 32ème 42ème) sans sembler donner d’explications aux joueurs, et installe donc un malaise à chacune de ses décisions. Ensuite, il siffle un pénalty très litigieux pour les Phocéens (44ème minute), et ne semble pas vraiment capable de donner sa version des faits aux défenseurs furieux. Finalement, il donne le coup de grâce aux Montpelliérains, en refusant un but pour une position de hors jeu pour le moins discutable (87ème minute). Après coup, Hilton est bien en position de hors jeu et fait action de jeu, mais c’est la manière de le signaler qui laisse à désirer. Cette journée se conclut donc par un match nul et sans saveur, qui replace les Olympiens à la quatrième place du championnat. Même si Adil Rami semblait satisfait de la prestation de son équipe au micro de Canal, espérons que Marseille osera davantage dans le futur, et que les dimanches soirs auront une toute autre allure.

Augustin Bernard

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :