Football

Lo Celso, un vent de fraîcheur au PSG

Le jeune argentin du PSG, débarqué au mercato hivernal 2017, avait passé une première demi-saison mitigée. En quête de repères, il s'était contenté de quelques apparitions au poste de numéro 10. Avec les arrivées de Neymar et Mbappé l'été dernier, il a montré de nouvelles qualités à son coach Unai Emery pour conserver du temps de jeu. Mieux, Lo Celso a même renouvelé le milieu parisien.

«Verratti – Motta – Matuidi, c’est l’iconique milieu de terrain de Laurent Blanc. Emery ne fait que reprendre ces acquis », « le milieu du PSG arrive en bout de course, Matuidi devrait s’en aller et Motta prendre sa retraite ! ». Le milieu du PSG a animé de nombreux débats la saison dernière, des débats qui ont été sources de critiques virulentes à l’égard d’Unai Emery. Bien des observateurs ont remis en question la capacité créative du technicien basque lorsque celui-ci alignait un milieu à trois, lui qui était plus friand d’un milieu à deux à Séville.

Cette année, les investissements démentiels sur Neymar et Mbappé – couplés à leur début de saison 2017-2018 tonitruant – braquent tous les projecteurs sur l’attaque parisienne. Si bien qu’on a l’impression que seul Edinson Cavani réussit à faire également parler de lui dans ce vestiaire pourtant pléthorique. C’est pourquoi nous allons aujourd’hui nous focaliser sur le match de Coupe de France entre Rennes et le PSG, le 7 janvier 2018, afin d’évoquer les prestations convaincantes de Lo Celso à un poste qui inquiète souvent les supporters parisiens : celui de sentinelle.

En-salle-d-attente-avec-le-PSG-Lo-Celso-titulaire-avec-l-Argentine.jpg

Depuis quelques matchs, on constate un retrait évident de Lo Celso dans son placement. La blessure de Motta en début de saison avait déjà contraint Draxler à reculer au poste de relayeur et l’expérience avait été concluante. Unai Emery a décidé de la réitérer avec Giovani Lo Celso. Et l’idée n’a rien de stupide. Effectivement, les deux milieux titulaires du PSG que sont Marco Verratti et Adrien Rabiot adorent bouger et n’hésitent jamais à refuser publiquement un poste limité de sentinelle. Ceux-là ont besoin de se déplacer pour proposer diverses solutions de relances et de monter haut pour casser des lignes plus rapidement et offrir des passes intéressantes à leurs attaquants (en tête le but de Neymar au Celtic Park après la percée fulgurante de Rabiot). Là où Lo Celso a parfois du mal à enchaîner les courses, voire à s’inclure dans l’attaque véloce de son équipe :

LoCelso-Verratti-Rabiot1.png
De gauche à droite : Lo Celso, Verratti, Rabiot, Lo Celso est le plus bas des trois milieux et l’organisation favorise la verticalité

Beaucoup le remarquaient en début de saison, quand Lo Celso jouait encore dans une position avancée. Lui demander de reculer pour mieux s’exprimer là où le jeu est moins explosif est donc une idée intelligente de la part d’Unai Emery. Elle permet à Lo Celso d’exécuter les gestes si particuliers que maîtrisent les meneurs de jeu, mais dans une position si basse qu’on oserait presque une comparaison avec les regista (grossièrement un meneur de jeu placé devant la défense plutôt que derrière les attaquants, tels Pirlo ou Xavi par exemple).

Exter'LoCelso
Lo Celso lance Neymar d’un bel extérieur du pied

Regardez maintenant le deuxième but du PSG toujours face à Rennes, inscrit par Neymar à la 17ème minute :

ButNeymar

On remarque directement les présences dans la surface de Rabiot et Verratti qui contribuent au but en combinant grâce à leur aisance technique. Des présences plus hautes encore que celle de Lo Celso, théoriquement le plus offensif du trio du milieu !

Dans ce même match, Verratti nous gratifie à la 50ème minute d’une percée dont il a le secret (gestes de petits espaces efficaces dans une course rapide) :

PercéeVerratti
Verratti et Rabiot cassent deux lignes, Lo Celso en couverture

Lo Celso demande d’abord la balle mais interrompt son appel lorsque Verratti dribble un premier joueur. Lo Celso se recule, Verratti casse au total deux lignes. Si l’Italien laisse Lo Celso en couverture, c’est car il sait qu’il est capable de bien tacler. Pourtant frêle, Lo Celso refuse moins le duel d’auparavant. Dans un article consacré aux milieux parisiens, Culture PSG nous apprend même que l’Argentin a réussi 24 tacles en 441 minutes de Ligue 1. Cela équivaut à un tacle réussi toutes les 18 minutes (pour un tenté toutes les 12 minutes et seulement trois fautes commises). Une autre caractéristique outre leur club formateur de Rosario Central qu’il partage avec Di Maria, le numéro 11 parisien aimant également tacler avec engagement. Sur ce point, il faut féliciter Lo Celso qui s’est assagi. En effet, il prenait régulièrement des cartons en Argentine. L’intégration lente et progressive exigée par Emery y est peut-être pour quelque chose.

Giovani Lo Celso réalise donc une saison intéressante. Son niveau de jeu a parfois obligé Unai Emery à privilégier son entrée plutôt que celle d’hommes comme Javier Pastore. Jorge Sampaoli l’a même convoqué avec l’Argentine en novembre dernier pour des matchs amicaux. Jeu vertical, attaques rapides et phases de contre à souhait, créativité et dribbles osés, le PSG retrouve toute sa splendeur depuis quelques mois. La gestion de Lo Celso par Emery y a-t-elle contribué ?

 

un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s