Football

Ce qu’il ne faut surtout pas retenir d’OL-PSG

  Malgré un match de très haut niveau, ponctué de faits de jeu, de buts venus d’ailleurs et de contacts engagés, il y a des choses dont notre mémoire doit être préservée. Voyons ce qu’il ne faut pas retenir de cette victoire Lyonnaise (2-1). 

D’abord, et il est important de le rappeler, cette opposition a été le théâtre de faits de jeu cruciaux. À commencer par la sortie sur civière de Kilian Mbappé (32ème minute) suite à un contact digne d’un match de NFL avec le portier lyonnais. A l’image du plateau du CFC, les avis divergent sur la culpabilité ou non de Lopes, qui semble tout de même manquer de maitrise sur son intervention. Ce qu’il faut oublier, c’est donc qu’il touche la balle avant le joueur, car cela n’excuse pas la violence avec laquelle il le percute. Dans cette logique, Anthony Lopes n’aurait pas du terminer le match et les parisiens auraient du se voir accorder un pénalty. Mais l’arbitrage est une question d’interprétation, et ce débat est éternel.

DUF4_i9W4AEvnrK.jpg

Dans la famille des faits de jeu qui font basculer les matchs, oublions ensemble l’exclusion de Dani Alves (57ème). Six fois champion d’Espagne, deux fois vainqueur de la Ligue des Champions, le latéral brésilien est le joueur en activité le plus titré. Mais ce soir il a craqué et laissé ses émotions gâcher en partie la performance de l’équipe. Comment expliquer un tel manque de discernement? Comme Stéphane Ruffier face à Monaco, ce genre de protestation intimidante envers un arbitre est à bannir du football professionnel. La pression est grande lors d’un match d’une telle importance, mais c’est au sang froid que l’on reconnait un grand champion. Dani Alves est un grand champion à n’en pas douter, mais il a commis une (grosse) erreur. Comme dirait Dupraz : « On mettra ça sur la compte de l’âge ».

La dernière chose qu’il est facile d’oublier ce soir, ce sont les 11 points qui séparaient les deux formations avant la rencontre de ce soir. Il est vrai que les joueurs d’Emery s’amusent face aux petits clubs de Ligue 1, mais pour la deuxième fois cette année, ils ne répondent pas présent lorsque l’intensité monte d’un cran. Comme lors du Clasico d’octobre dernier, les Parisiens déçoivent. À leur décharge, Neymar n’était pas sur la feuille de match, et Mbappé a très vite rejoint l’infirmerie. Mais ces absences ne sont pas des raisons pour proposer un match moyen, ponctué par des gestes d’humeur et des approximations défensives. Aujourd’hui, ce qui évite le naufrage au PSG, c’est le formidable abattage défensif de Rabiot et de Verratti. L’OL a donc rendu une copie quasi-parfaite puisqu’il se hisse à la deuxième marche du classement, et prétend plus que jamais à la deuxième place qualificative pour la Ligue des Champions.

Nul besoin de rappeler que le niveau de jeu proposé par les deux équipes n’avait encore pas été atteint cette saison en ligue 1. Une agréable rencontre. Tendue mais agréable, qui laisse donc présager une fin de championnat d’un grand intérêt.

Augustin BERNARD

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s