Football

La folle épopée de l’AS Nancy-Lorraine

Aujourd’hui, l’AS Nancy-Lorraine est en Ligue 2. Et proche du National. Mais il y a plus de 10 ans, lors de la saison 2006-2007, les Nancéiens ont fait vibrer leurs supporters avec un parcours exceptionnel en Coupe de l’UEFA, l'ancêtre de la Ligue Europa. À l’occasion des 16èmes de finale aller qui se jouent ce soir, retour sur ce parcours épique.

Les Nancéiens ne font pas partie des équipes de têtes du championnat de France. En 2005-2006, les Lyonnais se sont imposés pour la cinquième fois de suite en Ligue 1. Tout cela en ayant 15 points d’avance sur le deuxième Bordeaux, et 22 sur le troisième Lille. C’était seulement il y a 12 ans, mais les choses ont bien évolué dans le championnat national. On retrouve certaines équipes aujourd’hui disparues du paysage de la Ligue 1 : le RC Lens, l’AC Ajaccio, le FC Sochaux-Montbéliard, l’AJ Auxerre, Le Mans FC ou encore… l’AS Nancy-Lorraine. Les Nancéiens sont même tout juste promus cette année-là. Ils termineront 12ème avec 48 points. Mais comment ont-ils pu donc jouer la Coupe de l’UEFA la saison suivante ?

La raison est simple : ils ont gagné la coupe de la Ligue. Un parcours sans faute, et sans gros club, pour atteindre la finale. En 16ème : victoire face à Sochaux, 1-0. En 8ème : victoire face à Lorient, 1-0. En quart : victoire face à Ajaccio… 1-0, pour changer. En demi : victoire face au Mans, 2-0. En finale, c’est l’OGC Nice qui se présente face aux Nancéiens. Les Niçois de Frédéric Antonetti réalisent une meilleur saison que les Lorrains en championnat, avec une 8ème place au classement. Leur parcours en Coupe de la Ligue est un peu plus reluisant, avec notamment l’élimination de Bordeaux. Personne n’est réellement favori avant cette finale, qui va voir Nancy s’imposer 2-1 au Stade de France, grâce à des buts de Moncef Zerka et de Kim. La seule et unique Coupe de la Ligue dans le palmarès de l’équipe entrainée par la légende locale : Pablo Correa…

870x489_maxnewsspecial073928

Cette victoire en coupe a permis aux lorrains de jouer les barrages pour accéder à la Coupe de l’UEFA. C’est déjà un énorme exploit pour le club, qui redécouvre la scène européenne 29 ans après son dernier match en Coupe des vainqueurs de coupe, lors de la saison 1978-1979. Une élimination en huitième de finale face au club suisse, le Servette FC. Logiquement, l’AS Nancy-Lorraine n’est pas tête de série et hérite d’un gros club européen. Ce gros club, c’est Schalke 04, co-leader du championnat d’Allemagne à ce moment de la saison, 4ème de Bundesliga la saison précédente avec quelques très bons joueurs (Rafinha, Asamoah, Varela, Rost…) et de très jeunes talents (Ozil, Neuer…). Au match aller, pas de surprise : victoire 1-0 pour Schalke, club avec un budget 5 fois supérieur à celui des Lorrains…

Au match retour pourtant, le 28 septembre 2006, Nancy crée la surprise. Tout était réuni : un stade Marcel-Picot plein à craquer, une ambiance de feu et l’enfant du pays, Michel Platini, présent dans les tribunes. Un début de match tonitruant des Nancéiens, qui surprennent les Allemands par leur agressivité et leur détermination. 18ème minute : corner lorrain de Benjamin Gavanon repris victorieusement du pied droit par le défenseur central André Luiz au deuxième poteau. 25ème : belle action collective avec Zerka à la passe et Cuberlo à la conclusion. En moins de 30 minutes, la situation était renversée. Les Allemands ont pourtant tenté de revenir, sans succès. Agacés, sans solution, les Allemands sortent de leur match, avec notamment l’exclusion à la 49ème minute de leur entraineur, Mirko Slomka. Les joueurs de Pablo Correa ont même marqué un troisième but à la 70ème, après un rush solitaire signé Dia. Petite inquiétude lorsque Kuranyi réduit l’écart à la 78ème et que Benjamin Gavanon est exclu en fin de match. Mais, grâce aux 18 000 supporters remarquables présents dans le stade, les Nancéiens ont fini par réaliser l’exploit : ils se qualifient pour les phases de poules de la Coupe de l’UEFA.

587215995_small

La phase de groupe ne fonctionnait pas comme aujourd’hui. En effet, Nancy a dû jouer 4 matchs, 2 à domicile et 2 à l’extérieur face à 4 équipes différentes : le Wisla Krakow, Feyenoord, Bâle et Blackburn. Les 4 sont champions en titre de leur pays, pas Nancy. Le club étant placé dans le 5ème chapeau (le moins bon), le tirage ne pouvait qu’être difficile.

À l’issue de ce tirage, Benjamin Gavanon explique que : « mis à part Feyenoord, pour les autres équipes, ça ne va pas se jouer à grand-chose. Si on [les Nancéiens] veut passer, il faudra sortir de très, très gros matches parce que les autres formations de la poule jouent depuis un moment les coupes européennes. » 

Le ton est donné : seul un autre exploit peut permettre aux hommes de Pablo Correa de continuer l’aventure européenne. Tout débute bien face au Wisla Krakow. Les Nancéiens assurent l’essentiel à domicile avec une victoire 2-1.

Le deuxième match est déjà plus important : un déplacement en Suisse, face à Bâle. Les Lorrains souffrent, à l’image d’André Luiz qui sauve un ballon sur sa ligne… En menant par deux fois dans la soirée, c’est eux qui peuvent tout de même réaliser le gros coup. Tout bascule en fin de match quand Nancy domine mieux son adversaire et obtient un penalty dans le temps additionnel suite à une faute du gardien Contanzo. Exclu, il est contraint de donner les gants à son attaquant Petríc, car les trois changements sont déjà effectués. L’improbable se produit : arrêt de l’attaquant face au Nancéien Chrétien, match nul 2-2.

Les Lorrains ne saisissent pas cette occasion en or. Ils ne doivent donc plus faire d’erreur pour espérer une qualification au tour suivant. Le troisième match est donc capital : la réception de Feyenoord. En cas de succès, Nancy s’assure une qualification. Feyenoord, pourtant favori du groupe, va de désillusion en désillusion, avec deux matchs nuls pour dans sa campagne européenne. C’est la dernière chance pour le club néerlandais. Mais ce contexte ne leur suffit pas à se transcender : Nancy s’impose tranquillement 3-0. Un résultat qui déplaît aux supporters du Feyenoord, amenant des affrontements violents en tribunes avec les forces de l’ordre en fin du match, gâchant la fête à Nancy. Mais le plus important est là : la qualification est assurée.

Maintenant, il s’agit d’accroître l’exploit en terminant premier de la poule. Pour cela, un nul suffit à Nancy lors de son déplacement à Blackburn. Dominateurs en première période, les Lorrains ont un peu plus de difficulté durant le second acte. Ils semblent néanmoins tenir le 0-0, un résultat qui assure leur bonheur… Mais Lucas Neil, capitaine de Blackburn, en décide autrement. Le latéral droit tente sa chance après avoir hérité du ballon. Son geste instinctif trompe Lapeyre, le portier du club français. Et tout ça… à la 93ème minute ! Cruel scénario pour Nancy. Mais la qualification en 16ème de finale est déjà un exploit retentissant !

Les Lorrains ne parviendront ensuite pas à passer l’obstacle des 16èmes de finale, face au Shaktar Donestk. Ils réaliseront pourtant un nouvel exploit à l’aller, avec un match nul 1-1 en Ukraine. Mais les joueurs de Pablo Correa, 13ème de Ligue 1 à la fin de l’année 2006-2007, perdront face à plus fort qu’eux à Marcel-Picot, 1-0. Leur parcours force quand même l’admiration et nous rappelle pourquoi on aime tant le football. En espérant que nos trois clubs français en lice en Ligue Europa s’inspirent des valeurs de ce Nancy, auteur d’une des plus belles histoires du football français des 15 dernières années.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s