Alley Oop Basket

La métamorphose Ricky Rubio

Alors que les playoffs débutent le 14 avril prochain, l’ensemble des équipes sont connues ou presque. Si Denver et Minnesota s’affrontent lors d’un dernier match couperet dans la nuit de mercredi à jeudi, les seize autres équipes ont décroché le Graal et seront sur le parquet lors de cette deuxième partie de saison. C’est notamment le cas des Jazz qui sont allés chercher la qualif face aux Lakers dans la nuit de dimanche à lundi. Mais si Utah en est là, c’est en partie grâce à Ricky Rubio.

Passer. Passer. Passer. La belle carrière de Ricky Rubio se résumait, pour le moment, à cela. 8 passes par match en moyenne en carrière, l’Espagnol est un véritable homme à faire jouer. Mais ça, c’était avant. Son profil de joueur a totalement évolué cette saison. Si sa moyenne de passes a bien baissé, pour passer à 5,3 par matchs cette saison (contre 7,9 sur l’ensemble de sa carrière), c’est son scoring qui a largement augmenté. 13 points par rencontres contre 10,8 sur l’ensemble de sa carrière. C’est sûr, le natif de El Masnou, n’est plus du tout le même joueur et il est encore plus difficile à défendre car vous l’avez compris, désormais il shoote… et bien ! Sur l’ensemble de sa carrière, il a dépassé 5 fois les 30 points ou plus, quatre fois cette saison. Le dernier en date face aux Lakers dans la nuit du 3 au 4 avril, 31 points à 4/7 à 3 points. Le meneur du Jazz en est conscient, il réalise, sans aucun doute, la meilleure saison de sa carrière.

« J’ai le sentiment de pouvoir contrôler le tempo du match sans uniquement scorer mais dans beaucoup de compartiments du jeu et je me sens aussi suffisamment mature pour prendre un match à mon compte. Le système différent me correspond mieux et je joue mieux. » Sur les dix derniers matchs de la franchise de l’Ouest, le joueur de 27 ans score même… à 18 points de moyenne. Avec Joe Ingles, qui a également explosé cette saison, le Catalan, grâce à son nouvel apport sur le terrain, a guidé son équipe vers les playoffs. Derrick Favors, son coéquipier, le confirme : « Il est agressif en attaque, il prend plus de tirs. Je pense qu’à Minnesota c’était plus un passeur, mais maintenant il shoote, il va au cercle, écarte le jeu, trouve ses coéquipiers tout en étant agressif en attaque, et ça nous aide beaucoup. »

700520829

Pour l’instant quatrièmes, Utah devra se défaire des Warriors cette nuit avant de s’offrir un match pour la troisième place face à la franchise de Damian Lillard. Dixièmes il y a encore un mois, les Jazz ont réalisé une fin de saison exceptionnelle avec des joueurs bien au-dessus de leurs standards habituels. Si la logique est respectée, Donovan Mitchell & Co affronteraient les Pelicans d’un Anthony Davis entamé physiquement. Avec l’un des meilleurs défenseurs de la Ligue dans son roster et un rookie sur une saison XXL, Utah a de belles cartes à jouer et l’Ouest doit se méfier. « Si Rubio excelle, le Jazz en est l’étincelle » MC Solaar.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :