Appel/Contre Appel Football

Paris remet les pendules à l’heure

7-1. Festival dans un Parc des Princes dénué de ses ultras, privés de fête hier soir pour craquage de fumigènes. Qu'importe, le PSG a démontré son implication pour cette fin de saison 2017-2018, après un résultat insuffisant la semaine passée à Saint-Étienne. Malgré cela, la fin d'un cycle est évoquée. Unai Emery va quitter le club, suivi de plusieurs joueurs. Tout est-il à jeter cependant, alors que le PSG vient de rappeler à nouveau sa domination sur la scène nationale en remportant son septième titre de champion de France ?

Avant même la trentième minute de jeu, les écrans du Parc des Princes affichent un 4-0 clair, net et précis. Malgré la réduction du score de Monaco – par l’intermédiaire d’un Rony Lopes brillant ces derniers temps – le PSG remporte le match 7-1Lo Celso deux fois, Di Maria deux fois, Cavani une fois, Draxler une fois. Des hommes dont l’avenir a parfois été annoncé loin de la capitale durant la saison.

Lo Celso est évidemment le plus épargné des quatre (jeune et faible expérience). Mais bon nombre ont regretté sa titularisation au Bernabeu le 14 février. Il a prouvé ce soir, au-delà de ses buts, sa véritable compréhension de l’espace de jeu. Très mobile, il a été à l’origine de quelques actions parisiennes en partant de bas mais aussi à la finition de celles-ci en se retrouvant dans la surface adverse quelques instants plus tard. Trop juste au Bernabeu, l’Argentin a une chance de gagner en expérience cet été avec une possible sélection pour la Coupe du Monde.

Idem pour Draxler, auteur d’une saison difficile. Replacé milieu relayeur avec l’arrivée de Neymar et la blessure de Thiago Motta, l’Allemand n’a pas trouvé sa place dans ce nouveau PSG. Il renoue néanmoins avec l’organisation du jeu depuis quelques matchs. Crucial pour Joachim Löw, son billet pour la Russie est déjà assuré. Mettre en concurrence plusieurs top joueurs des meilleures équipes nationales du monde doit être une opportunité de progresser pour le PSG, non un frein.

870393866

Di Maria a inscrit son 50ème but avec le PSG (pour autant de passes décisives). Annoncé déjà à Barcelone en août 2017, il est régulièrement une cible facile pour les supporters. Le Fideo est arrivé à l’été 2015 pour faire passer un cap au PSG en Champion’s League. Malgré des prestations exceptionnelles en coupes nationales depuis trois ans (Lyon, Toulouse, Lille, Marseille en 2015/2016 ; Bastia, Bordeaux, Monaco en 2016/2017 ; Rennes, Sochaux, Marseille, Monaco en 2017/2018) et en Ligue des Champions (Chelsea en 2016 et Barcelone en 2017), il n’a pas su créer l’étincelle face à Manchester City en 2016 et face au Real Madrid en 2018. Entre les deux, il a su changer le visage de son équipe au Camp Nou lors de la remontada en entrant en jeu. Mais sa non-passe pour Cavani masque tout cela. Des petits détails qui changent beaucoup de choses certes, mais un bilan plus qu’honorable pour un profil rare et utile. Le PSG a besoin d’un banc compétitif et est sous la contrainte du fair play financier. Dans ce contexte, faut-il vraiment se séparer de joueurs capables d’être décisifs 100 fois en 130 matchs ?

psg1

« Cavani n’est pas technique ». En deux matchs face aux Monégasques (avec la finale de Coupe de la Ligue), il a montré le contraire : grande participation au jeu, remises intelligentes et temporisations efficaces du ballon… Peut-être s’est-il tué sa deuxième partie de saison lui-même, en étant en retard à la reprise de l’entraînement au mois de janvier ou en étant moins impliqué jusqu’à début février. S’en séparer alors qu’il est devenu un symbole du club n’est à concevoir que si son remplaçant est déjà signé. En 2016, Nasser a fait l’erreur de laisser Ibrahimovic quitter le club sans anticiper son départ. Il ne doit pas compter sur les probables recettes d’un probable transfert du Matador pour probablement acheter un Lewandowski.

Paris Saint Germain v Dijon FCO - Ligue 1


Sept titres c’est bien, mais dans l’histoire il y a encore Monaco, Nantes, Marseille, Saint-Etienne devant nous » – Unai Emery célèbre étonnamment son titre de champion de France.

Les Parisiens ont encore des objectifs cette saison : les cent points en Ligue 1, les 19 victoires à domicile en championnat (pour égaler le record de l’ASSE en 1974/1975) et la Coupe de France. Dès mercredi face à Caen, ils ont l’occasion de poursuivre leur grande saison. Unai Emery l’a rappelé humblement : « il faut attendre la Coupe de France pour analyser ». Mais même avec une victoire dans cette compétition, le quadruplé national suffit-il ? La défaite contre le Real a laissé beaucoup de séquelles, les attentes en Ligue des Champions étant toujours plus fortes. Au PSG, seul le parfum de l’Europe enivre désormais les dirigeants.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s