Football

Corée du Nord – Corée du Sud : un match au coeur des tensions

Demain, à 10h30 heure française, le drapeau de la Corée du Sud flottera sur Pyongyang. La Corée du Nord reçoit son voisin dans le cadre des éliminatoires à la Coupe du Monde 2022. Cette rencontre est historique, puisque le dernier et seul antécédent remonte à un match amical, en 1990. Habituellement, les rencontres étaient délocalisées en Chine.

Des tensions continuellement exacerbées 

Les relations entre les deux pays sont glacées. Davantage encore, gelées depuis que Pyongyang a quitté la table des négociations avec les États-Unis, puissance alliée historique de la Corée du Sud. Les tensions autour du nucléaire nord-coréen ont atteint des sommets depuis 2017 et les menaces fusent entre les deux régimes. Dans son discours du Nouvel an 2019, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un déclarait « Si les États-Unis ne tiennent pas (leur) promesse (…) et persistent dans les sanctions contre la République populaire et démocratique de Corée, nous pourrions être contraints d’explorer une nouvelle voie pour défendre la souveraineté de notre pays. » La proximité avec son voisin sudiste, allié des États Unis, est un éternel moyen de pression pour Pyongyang. 

Un match à enjeu sportif et diplomatique 

Après avoir remporté leurs deux premiers matchs, sud et nord-coréen se partagent la tête du Groupe H. Ce deuxième tour de la zone Asie envoie automatiquement le premier et les quatre meilleurs deuxième de chaque groupe au troisième tour des qualifications. Lequel symbolise le dernier rempart d’accès au Mondial 2022, qui se déroulera au Qatar. Emmené par sa star Heung-min Son, l’ailier gauche des Spurs de Tottenham les sud-coréen tenteront de prendre une option sur une qualification aux dépens des joueurs de la RPC. Lorsque l’hymne de la Corée du Sud retentira dans le stade Kim Il-sung, seul le football comptera. Malheureusement pour les Tigres d’Asie, aucun supporter ne pourra y assister, en tribunes ou devant sa télé. Aucun média sud-coréen n’a pu négocier les droits avec la fédération de football nord-coréenne.

Mais au delà du résultat, une prise de contact par le sport est souvent synonyme d’avancées diplomatique entre les deux Corée. En janvier 2018, alors que les tensions sont palpables, Séoul propose une rencontre avec Pyongyang. La discussion tourne autour d’une éventuelle participation nord-coréenne aux Jeux Olympiques d’hiver 2018, organisés en Corée du Sud. C’est une réussite et les délégations des deux pays défilent à la cérémonie d’ouverture. 

Les ministres des deux Corées, aux cotés du président du CIO Thomas Bach, janvier 2018.

Si le conflit coréen ne se réglera pas grâce à un match de football, le sport montre une nouvelle fois qu’il est capable de servir de passerelle diplomatique. D’autant plus que la FIFA se verrait bien jouer un rôle dans un éventuel processus de paix. En mars dernier, le Président de la FIFA, Gianni Infantino déclarait « J’ai entendu parler d’un projet des deux Corées pour la Coupe du Monde féminine de la FIFA en 2023. Ce serait génial. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :