Football

Comment le Bayern Munich met la pression sur les sélections nationales

Actuellement troisième de Bundesliga et Leader de son groupe en ligue des champions, c’est en dehors des terrains que le Bayern Munich fait parler de lui. C’est par l’intermédiaire de leurs dirigeants Karl-Heinze Rummenigge et Uli Hoeness que les munichois ont exercé des pressions sur certaines sélections nationales. Retour sur l’actualité brûlante du géant allemand.

Karl-Heinze Rummenigge est l’auteur d’une sortie médiatique remarquée la semaine passée. Lors de la conférence de presse dévoilant la liste des bleus retenus pour les matchs contre l’Islande et la Turquie, le sélectionneur Didier Deschamps a assuré que Lucas Hernandez était « prêt à jouer sur une jambe ». Ces propos répondent aux pressions qu’aurait exercées le club de Bavière auprès de la FFF pour préserver son joueur alors victime de douleurs au genou. La réponse du Bayern ne s’est pas fait attendre et c’est dans un communiqué officiel du club que son président Karl-Heinze Rummenigge se livre sur le cas Hernandez : « Je suis irrité par le comportement de la Fédération française. Je tiens à souligner que Lucas Hernandez n’a pas pu participer au match de Ligue des Champions contre Tottenham mardi à Londres, ni au match de Bundesliga contre Hoffenheim samedi. La déclaration du sélectionneur Didier Deschamps selon laquelle Lucas Hernandez était disposé à « jouer sur une jambe » est très surprenante pour nous. » 

Le président du Bayern Munich Karl-Heinze Rummenigge (crédit : Bayern Munich)

Même s’il a depuis calmé le jeu, le sélectionneur français a déclaré au cours d’un entretien accordé à M6 et RTL au sortir de la rencontre contre la Turquie lundi dernier (1-1) : « Les clubs ont pris le pouvoir (…) Ça va même au-delà de la pression, c’est malsain» Des déclarations qui ne devraient pas manquer de faire réagir Rummenigge et les siens. 

Des tensions entre le Bayern Munich et la sélection allemande s’étaient déjà faites ressentir le mois dernier. Le second président du club, Uli Hoeness, s’était alors fendu d’une sortie sulfureuse où il attaquait la Mannschaft de front. Il menaçait de ne plus envoyer les internationaux allemands du Bayern en sélection si Manuel Neuer perdait sa place de titulaire avec l’Allemagne : « Nous n’accepterons jamais cela. Avant que cela n’arrive, nous n’enverrons plus aucun de nos joueurs en équipe nationale ». Avec la montée en puissance de Marc-André Ter Stegen, le débat sur la place de numéro un en sélection avait été ouvert. Hoeness reproche notamment le manque de soutien apporté à son gardien par Joachim Löw, après plusieurs années de bons et loyaux services. 

Manuel Neuer et Marc-Andre ter Stegen en sélection (Photo: Christian Charisius)

Ces conflits autour des patrons du Bayern interviennent alors que la direction s’apprête à prendre un nouveau souffle. Alors que Uli Hoeness est sur le départ, c’est l’ancien patron d’Adidas, Herbert Hainer, qui est annoncé comme son successeur. Comme pressenti depuis quelques mois après une intervention de Rummenigge sur les antennes de Sky en avril dernier, c’est Oliver Kahn qui aura la lourde tâche lui succéder. « Le plan est que Olli soit mon successeur et le conseil de surveillance a donné son feu vert. Je partirai en 2021. J’ai été là pendant 20 ans et je pense que le moment est venu de passer le relais à Oliver Kahn.» Le conseil d’administration a officialisé il y a un mois l’entrée de l’ancien portier allemand en son sein avant de lui laisser la présidence en 2022.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :