Football

Villas-Boas a trouvé la formule

Deux victoires consécutives face à des cadors du championnat, c’est une première sous l’ère McCourt. Les succès face au LOSC et l’OL (2-1 au terme des deux rencontres) ont positionné les hommes de Villas Boas sur la deuxième marche du podium, et ont fait (un peu) oublier la débâcle parisienne du 27 octobre (4-0). Les choix forts du tacticien portugais y sont pour beaucoup.

« On perd 4-0 mais je suis fier de l’attitude des joueurs. Je pense toujours que c’est un match qui compte pour rien. (…) nous ne jouons pas le même championnat qu’eux. » 

La réaction d’André Villas Boas à l’issu du classique contre le rival parisien a jeté un froid sur sa relation avec les supporters marseillais. Ces derniers ont estimé que le « Spécial Two » manquait d’ambition. Pourtant, les victoires à l’arrachée contre Lille et Lyon, deux concurrents directs au podium, ont démontré l’inverse. Dans un Vélodrome chauffé à blanc et au terme de scénarios haletants, les joueurs marseillais ont prouvé par deux fois « qu’ils avaient des c******* » comme l’a lancé Jordan Amavi en zone mixte après le succès face aux Dogues. À l’image de son latéral gauche, certains marseillais se sont révélés sur-motivés lors de ces deux sommets. Dans le sillage des changements tactiques opérés par leur coach. 

Kamara en sentinelle pour un équilibre retrouvé 

5 tacles, 85% de duels gagnés, des relances dans le tempo, Bouba Kamara a éclaboussé de sa justesse technique la rencontre face à Lille. Ses 8 ballons récupérés et ses 79% de passes réussies dans le camp adverse ont permis aux marseillais de mettre une pression constante sur les lillois. À l’image de sa passe décisive pour Morgan Sanson, sur un ballon récupéré à la suite d’un corner, il a été dans tous les bons coups et à souvent réussi le geste juste. Contre le rival lyonnais, sa sérénité a permis à ses compères du milieu de terrain Rongier et Sanson de jouer bien plus haut. Intraitable sur le porteur du ballon, Morgan Sanson a fait rugir plus d’une fois les 65.000 spectateurs du Stade Vélodrome. La pression des milieux marseillais sur les hommes de Rudi Garcia ont permis à l’OM de l’emporter, même réduit à 10 pendant près d’une demie heure. 

Kamara à la relance face au LOSC (2-1)

Payet liberé, délivré 

Deux coups de tête de Soumaoro et de Moussa Dembélé ont terni le bilan défensif de l’OM sur ces deux rencontres. Pourtant, le XI de Villas-Boas a retrouvé une solidité dans l’arrière-garde, grâce à l’activité incessante de ses milieux de terrain. 

Positionné à gauche mais acquitté de certains replis défensif, Dimitri Payet a pu s’épanouir au coeur du jeu, où il est le plus performant. Balle au pied, en sa qualité de meneur de jeu, il rappelle qu’il est un des meilleurs n°10 français. Sa vision du jeu, ses ouvertures de l’extérieur du pied et son joli doublé contre Lyon ont sûrement lancé la saison du réunionnais. Avec un Payet de cette envergure, galvanisé en terre marseillaise, l’OM peut viser haut cette saison.

Un nouvel ailier droit

Autre choix payant de Villas-Boas : la titularisation de Maxime Lopez sur le flanc droit de l’attaque. Depuis la blessure de Thauvin en début de saison, l’ancien coach du Zénith peinait à trouver un titulaire de substitution au Champion du monde. Il faut croire que ni Valère Germain ni «l’énigmatique» Nemanja Radonjić n’ont su convaincre. Passeur décisif sur le deuxième but de Payet lors de l’Olympico, Lopez a donné raison à son coach. Pour autant, le retour de blessure de Florian Thauvin, prévu pour janvier prochain, donnera sans doute une nouvelle dimension à l’attaque phocéenne. Lopez a tout de même offert de belles garanties et pourra tout à fait retrouver une place au milieu de terrain en temps voulu. 

Un grand perdant, Kevin Strootman

Si Maxime Lopez, Morgan Sanson ou encore le joker Rongier ont marqué des points, c’est aux frais de Kevin Strootman. Débarqué en star sur la Cannebière pour 25 millions d’euros il y a (déjà) 1 an et demi, le hollandais n’a jamais convaincu. Pire, il exaspérerait Villas-Boas par son jeu trop souvent en retrait et ses relances d’une grande lenteur. Le dynamisme du jeune Bouba pourrait bien condamner l’international Oranje à un statut de joueur de rotation pour les mois à venir. Aux vues, sûrement, d’un transfert l’été prochain, pour celui qui détient le plus gros salaire de l’effectif (640.000 euros brut mensuels). Si l’on en croit la Gazzetta dello Sport, l’Inter Milan songerait à rapatrier l’ancien capitaine de la Roma en Italie. Une terre qu’il n’a jamais vraiment quitté. 

André Villas-Boas verrait d’un bon oeil un départ de Kevin Strootman au prochain mercato
(Photo Icon Sport)

En déplacement à Toulouse dimanche soir, Villas-Boas aurait aimé ne rien changer à son nouveau onze type. Mais Alvaro, suspendu, obligera Kamara à descendre d’un cran, aux côtés de Caleta-Car. À moins que l’entraineur portugais offre sa confiance au jeune Lucas Perrin, pour une deuxième titularisation en Ligue 1. Il pourrait ainsi conserver ce système de jeu qui semble réussir aux marseillais. L’OM ira chercher dans le Sud-ouest une troisième victoire d’affilée, pour justifier son nouveau statut de dauphin du Paris-Saint Germain.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :