Football

#1 De la pelouse au banc de touche : L’Angleterre

Le football européen a été le témoin, durant ces 10 dernières années, de personnalités passant du rectangle vert à la zone technique. Parmi ceux ayant le mieux réussi, on retrouve Pep Guardiola et Zinedine Zidane, qui ont conduit au sommet le Barça et le Real. D’autres anciens tentent aussi d’embellir leur club de cœur du banc de touche. Si pour certains, l’aventure se déroule à merveille, elle est bien plus délicate pour d’autres. Aujourd’hui, focus sur ces anciennes gloires de Premier League.

A Manchester, Ole Gunnar Solskjær a pour lourde tâche de redorer le blason des Red Devils. Initialement propulsé à la tête de l’équipe mancunienne pour assurer l’intérim de José Mourinho, celui qui a offert la ligue des champions à Manchester en 1999 (but du 2-1 face au Bayern dans le temps additionnel) est pour le moment rassuré dans ses fonctions. Sa carrière d’entraineur débutait pour le mieux du coté de Molde, en Norvège, où il est devenu champion à deux reprises (2011,2012) dans une équipe qui ne l’avait jamais été de son histoire.

À l’image de leur qualification face au Paris-Saint-Germain en huitième de finale de la Ligue des Champions la saison passée, le United de Solskjær surprend. Le 5e de Premier League connaît un début de saison paradoxal : du mal contre les clubs de milieu de tableau, mais se surpasse face aux cadors. En témoigne la victoire de la semaine dernière lors du derby face à City (2-1) ou encore le nul face au leader Liverpool en octobre dernier. Malgré un Paul Pogba blessé depuis fin septembre, Solskjær a su construire un groupe qui marche relativement bien. Il a transmis à l’équipe la capacité de changer le cours d’un match à enjeu comme il savait si bien le faire lorsqu’il était lui-même joueur. La confiance qu’il place dans les jeunes du centre de formation comme le prometteur Brandon Williams, l’Ecossais Scott Mctominay ou le virevoltant Mason Greenwood, s’avère être payante. Le repositionnement d’Anthony martial à la pointe de l’attaque ainsi que la confirmation de Marcus Rashford (Déjà auteur de 10 buts en Premier League cette saison) font un bien fou au United remodelé par Solskjær. Cependant, le technicien Norvégien a encore fort à faire pour remettre les Red Devils au premier plan.  

Ole Gunnar Solskjaer après sa victoire 3-1 au Parc des Princes (crédit : the independant)

Parmi ces nouveaux entraineurs, la légende de Chelsea, Frank Lampard. Intronisé sur le banc des Blues en juillet 2019, il réalise un bon début de saison. Le meilleur buteur de l’histoire du club semblait destiné à entrainer un jour le club avec qui il a tout gagné. Actuel 4e de Premier League et qualifié en Ligue des champions suite à leur victoire face à Lille (2-1), les Blues vont au-delà de toutes les attentes. Sanctionné par l’UEFA sur le marché des transferts, Lampard a dû bâtir son équipe en faisant confiance aux nombreux joueurs revenus de prêt, dont Tammy Abraham et Mason Mount. Cette formule fonctionne assez bien pour le technicien qui a permis à Chelsea de côtoyer à nouveau le big four anglais. En plus des résultats très encourageants, le jeu proposé par les siens offre du très beau spectacle. La montée en puissance des jeunes permet au club de repenser son développement, qui consistait par le passé à recruter beaucoup de joueurs prometteurs et à les prêter à travers l’Europe dans la foulée. Déjà auteur d’une belle saison l’an passé avec Derby County, saison qui s’est achevée par une défaite en finale des play-offs de Championship face à l’Aston Villa de l’ancien coéquipier de Lampard chez les Blues : John Terry.

Frank Lampard, coach de Chelsea, avec son meilleur joueur. (crédit http://www.si.com)

Ce dernier est l’auteur d’une saison 2018-2019 brillante, qui a vu son équipe monter en Premier League, John Terry, entraîneur adjoint d’Aston Villa, doit maintenant faire face à une situation bien plus ardue. Intégrer au staff du club basé à Birmingham au terme de la saison 2017-2018, au cours de laquelle il y a joué, Terry s’est offert une reconversion éclair chez les Villans. Avec un effectif bien loin des cadors anglais et orphelin de Tammy Abraham, meilleur buteur du club la saison dernière repartit à Chelsea, le capitaine emblématique des Blues a pour mission d’aider Dean Smith à maintenir les Villans dans l’élite. Pointant actuellement à la 17e place du championnat anglais, la saison s’annonce tendue pour Terry et les siens. Attendons maintenant de voir comment se déroulera par la suite de la carrière d’entraineur de l’ancien défenseur qui semble destiné à prendre, un jour, les rennes de Chelsea à l’instar de Lampard.

John Terry, célébrant le titre de Championship 2018/2019 avec Aston Villa

On peut également noter la présence sur les bancs de l’élite anglaise de Freddy Lljunberg du coté Arsenal. La Légende du club, titulaire indiscutable lors de la saison des « invincibles », effectue l’intérim. Les Gunners , actuel 9e de Premier League, comptent sur lui en attendant de trouver le profil idéal pour pallier le licenciement d’Unai Emery. 

Intronisé sur le banc de Sheffield United (8 e), Chris Wilder, réalise un bon début de saison avec Sheffield, dans un club où il était une idole dans les années 80. Pendant ce temps les choses sont plus compliqués à Bournemouth (15 e), pour Eddie Howe, joueur au sein du club dans les années 2000.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :