Basket Non classé

Embiid-Simmons aux Sixers : l’heure de se dire au revoir ?

NBA- Alors que nombre d’observateurs les voyaient sur le podium de l’Est, voire même à la 1e place, les Philadelphia Sixers sont aujourd’hui dans une toute autre position. 5e à 4 victoires des Celtics, 3e, ils n’ont plus l’avantage du terrain pour les Playoffs. Et ce qui inquiète, c’est le cas Embiid-Simmons. Les 2 stars de l’équipe ne sont pas aussi dominantes qu’on pouvait le penser, et des questions inimaginables il y a ne serait-ce qu’un an sont aujourd’hui revenues sur le devant de la scène.

Crédit : Sports Illustrated

Commençons pas le cas Joel Embiid. Après une victoire face aux Nets où il avait inscrit 39 points accompagnés de 16 rebonds, The Process s’est auto-proclamé « meilleur joueur du monde ». Mais depuis le début de la saison, le Camerounais ne peut pas mériter ce titre. Le pivot est particulièrement inconstant et ses stats ont énormément baissé pour un joueur de ce niveau (4 points et 2 rebonds de moyenne en moins). Par flashs, il redevient le joueur indéfendable qu’il a été la saison dernière, avec une aisance au poste bas pour marquer panier sur panier et développant même son tir à 3 points (+3% derrière l’arc). Avec sa taille (2.13m), personne ne pouvait défendre véritablement sur lui. Cette année, l’arrivée de l’intérieur Al Horford, considéré comme l’arme anti-Embiid ces dernières saisons, n’a finalement pas été bénéfique pour ce dernier. Brett Brown, le coach, vient d’ailleurs de décider de faire jouer l’ancien de Boston en tant que 6e homme. Et visiblement, le pivot des 76ers s’en est senti libéré. Atlanta, qui est malgré tout loin d’avoir une raquette capable de tenir un monstre comme Embiid, en a fait les frais. Résultat : 49 points (record en carrière), 14 rebonds, 3 passes et 3 interceptions en 36 min. Des stats de meilleur joueur du monde par instants oui, mais il faut tenir ce niveau de jeu tout au long de la saison pour qu’on reparle de Joel comme un possible « meilleur joueur du monde ». Le « big men » est victime d’une entorse de l’épaule, et on ne sait pas exactement quand il reviendra sur les parquets NBA.

Quand on parle d’Embiid, Ben Simmons n’est jamais bien loin. Drafté à l’été 2016 en 1e position par les Sixers, il avait connu une saison blanche à la suite d’une fracture du pied droit. Mais depuis cette année noire, le meneur de 2m08 ne cesse d’impressionner. Sa facilité à réaliser des triple-doubles, son aisance à la passe et sa taille inhabituelle pour un joueur à son poste font de lui un joueur qui détonne, qui surprend ses vis-à-vis. Mais tout comme son comparse, sa saison 2019-2020 est inconstante. Malgré des statistiques plus qu’honorables (16,7 pts, 7,8 rebonds et 8,2 passes), l’Australien interroge de par son incapacité à prendre des shoots à 3 points. Aujourd’hui absent pour une durée indéterminée en raison d’une blessure au dos, Simmons devrait normalement revenir avant le début des Playoffs, le temps de relancer sa saison et celle des 76ers. 

Dans l’Etat de Pennsylvanie, de plus en plus de questions se posent sur la compatibilité Embiid-Simmons. Trop de jeu intérieur, peu de spacing, les Sixers peinent en attaque, n’étant que la 21e équipe à l’offensive rating (mesure qui permet de calculer l’efficacité de l’attaque d’une équipe sur 100 possessions) avec 108,5 points en moyenne. 

Embiid a d’ailleurs annoncé du changement d’ici la fin des Playoffs, mais rien n’est certain. Simmons, lui se veut plus réaliste :

« Rien n’est jamais parfait et rien ne fonctionne d’un coup. J’adore jouer avec Joel. Et il y a tellement de choses qu’on n’a pas encore essayées. On a du talent et le niveau qu’on peut atteindre est effrayant. » 

Les attentes semblent donc énormes à l’approche des Playoffs, qui pourraient avoir un impact direct sur l’avenir de la franchise. En cas d’échec, le roster pourrait être chamboulé. Tim Bontemps, journaliste pour ESPN, se penchait récemment sur la question de Philly, et selon lui, le regard de certains exécutifs se tourne vers le duo Embiid Simmons :

« Si Philadelphie ne parvient pas à dépasser le 2nd tour des playoffs pour la 3e saison consécutive, le statut de Brett Brown et Elton Brand seront remis en cause, et la possibilité de transférer Joel Embiid ou Ben Simmons prendra de l’ampleur. (…) si les 76ers explorent les possibilités de transfert, c’est Joël Embiid qui serait le plus susceptible d’être transféré, la santé étant le facteur déterminant dans le choix entre Embiid et Simmons. »

La fin de saison des Sixers s’annonce déjà passionnante, et va probablement dessiner l’avenir à court et moyen terme de la franchise. Avec les blessures de Simmons et d’Embiid, il reste à voir si les autres joueurs tiendront la route, en restant dans le top 6 à l’Est. Une situation vitale pour aller loin en Playoffs. Attention à l’explosion de ce groupe qui se construit depuis plusieurs années, mené par le « Process » prôné par les dirigeants de la franchise.  

Paul Lalevee

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :